Site Overlay

Métamorphose de mon vtt électrique Rockrider 6.3

Mon projet vtt électrique Rockrider :
A 59 ans, le VTT réclame une condition physique qui fait parfois défaut, selon l’engagement requis et le type de parcours pratiqué. Dans mon cas, mon terrain de jeu est la rando le Week-end sur itinéraires organisés et balisés d’environ 35 km avec une moyenne de 400 m de D+ (collines souvent boueuses,…).

Ayant été victime d’une hernie discale il y a 2 ans avec 1 mois de fauteuil roulant, je suis régulièrement obligé de franchir les passages les plus physiques pied à terre et le cardio séjourne un peu trop dans le rouge…. d’où frustration et épuisement à la clé car le corps ne suit plus le niveau technique.
Dans mon cas, les options sont soit de réduire l’effort en optant pour les parcours plus « familiaux » (max. 25 km) a faible dénivelé, soit passer au Vtt électrique…

Le choix du passage au Vélo électrique se heurte souvent a une barrière psychologique (c’est le vélo des « paresseux » ou des « tricheurs » entend-on régulièrement de la part des « puristes » …en général jeunes et en pleine condition physique…) ainsi qu’a des doutes sur l’efficacité de ces vélos, en particulier en tout-terrain.

Souhaitant garder mon Rockrider dans une configuration respectant au mieux son statut VTT, sans le transformer en « pseudo-mobylette », je me suis orienté vers un kit RH205 dans sa version « coupleuse » (180/280), la vitesse n’étant pas un critère pour moi en égard a la capacité de franchissement….

Le montage :
Une fois le kit de conversion réceptionné (livraison dans les délais), le montage complet m’a demandé une petite journée, ayant à cœur de faire un montage « propre » sans faire de la connectique un « spaghetti » comme déjà vu sur le Net…
La roue motrice s’est insérée comme un Gand dans le triangle arrière du RR 6.3 (la jante a été au préalable chaussée d’un Nobby Nick Schwalbe en 2.10 avec une chambre anti-crevaison gonflée a 3 bars pour une bonne transmission du couple au sol).
Pour la roue libre, j’ai opté pour la DNP en 11-32, VTT oblige…roue libre 11 dents
J’ai confié l’alimentation a une batterie dy type « frog » (le cadre étroit du RR 6.3 empêche le placement d’une batterie type « bouteille » ou « trapeze » a l’intérieur du triangle, faute de place…). Restait l’option porte-bagage (trop laid…) ou sac a dos (dangereux et inconfortable).

batterie 36 volts frogDSCF3218 (10)

La batterie frog pour vélo électrique offre l’avantage de l’esthétique, de la fonctionnalité (amovible avec verrouillage et contact par clé, carter incorporé permettant d’y abriter le contrôleur 17A , logée derrière le tube de selle au plus pres du centre de gravité). J’ai choisi un modèle 36V et 10Ah pesant 3.5 kg.
Pour la connectique,j’ai du remplacer les prises Anderson du contrôleur par 2 fiches cylindriques compatibles avec la connectique coté batterie.
Les autres fils ont été reliés facilement avec l’aide du tuto illustré.Bémol pour le P.A.S. que je n’ai pu adapter tel quel sur mon vélo : le rotor inséré sur l’axe carré du pédalier se bloquait au serrage de la manivelle gauche (pas assez d’espace entre le boitier et le corps de manivelle…conséquence : destruction des petites dents plastique assurant l’entrainement du rotor par l’axe carré).
Après réflexion, la meilleure solution s’est avérée être la découpe d’une « pastille » au centre du rotor do PAS permettant de le center sur le corps de manivelle, sans qu’il vienne au contact du pédalier. Problème : comment solidariser ledit rotor et la manivelle de manière solide ? Pour obtenir des points de fixation, j’ai utilisé une manivelle droite (prévue pour le coté « plateaux » et débarrassée de ses plateaux en ne conservant que la croix, les trous laissés libres servant d’ancrage au rotor a l’aide de collier Colson bien serrés).

P.A.S.
Ce montage, certes un peu « bricolo », s’avère très fiable en TT…
Pour le reste de la connectique, RAS, LCD et commutateur 3 ratios OK.
Pour etre complet, le VTT électrique est équipé d’une transmission mono plateau Raceface de type Narrow-wide en 30 dents pour une bonne tenue de chaine, d’un dérailleur SRAM X7 en chape moyenne. Le pneu avant est un Maxxis Medusa en 1.80 gonflé a 2.7 bars.
Le tout est freiné par des disques hydrauliques Shimano de 180 mm a l’avant et de 160 mm a l’arrière.

En route…ou plutot « en chemin »… :monbike

Batterie chargée (5h), contact mis…LCD allumé…Tout est nickel.
Pour mes premiers tours de roues en Vélo électrique…la (très) bonne surprise….je me retourne instinctivement pour voir qui me pousse dans le dos…personne…ou plutôt si, le RH205 !
L’accélération est franche mais progressive, le moteur d’un quasi-silence : impressionnant !
Je n’y tient plus, direction mes singles favoris…ou je rame très souvent, mollets en rade ou souffle court…
Miracle, ca passe partout avec un usage très intuitif de l’assistance juste la quand il faut : un pur plaisir.
Ce vélo ne va pas plus vite mais il passe tout ce qui me bloquait et je me prends a rechercher les passages les plus hard pour m’étonner moi-même : on en oublie le fait que nos jambes ont reçu un sérieux coup de pouce….

 

Conclusion :

Le plaisir s’est invité là ou la galère était souvent au rendez-vous, le plaisir du pilotage et des bonnes trajectoires a pris le pas sur la frustration de « pas y arriver…. » ou de terminer en soupe avec sieste de 3 heures a la clé pour récupérer…Que du bon !
De plus, mon nouveau Vélo électrique reste très équilibré au niveau des masses (pas de cabrage intempestif) et stable en descente rapide (on « saute » facilement les petits troncs couchés en travers de piste…)L’assistance via le PAS est nickel et on pédale tout autant…mais avec des jambes de 20 ans…
Je suis bluffé par ce montage et l’esprit VTT qu’il a gardé intact.

3 thoughts on “Métamorphose de mon vtt électrique Rockrider 6.3

  1. Merci pour ce partage d’expérience. J’envisage de faire la même chose pour le velo de mon épouse. Les freins à disques mecaniques sont ils suffisamment performant pour freiner ce velo alourdi par l’electrification?

  2. Il est quand même possible de loger une batterie 48v 15AH alimentant un moteur 1100w entre la suspension et le tube du bas ! 🙂

  3. Chouette lecture de ton tuto.
    Tu as bien raison de t écouter, et de vouloir continuer à faire ce que tu aimes dans de bonne condition .
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à la newsletter

Power-e-bike pour recevoir nos dernières Promos

Votre inscription

a bien été prise en compte !

Lire les articles précédents :
Conversion Electrique VTT DH Vario Kaktus

Il y a quelques mois de cela je me suis décidé à me lancer dans la Conversion Electrique d’un VTT...

Fermer